Soirée Cinéma

       logo-cinema-nb

Chaque année, en parallèle du Salon et dans le cadre des Coups de Cœur
organisés par les Amis du Théâtre des Sources et du Cinéma Le Scarron,
notre association présente un film d’art, biopic ou documentaire.
La séance a lieu au Cinéma de Fontenay-aux-Roses, aux tarifs habituels du cinéma.
Elle est présentée et suivie d’un débat animé par les artistes de l’association.

En 2019, la Soirée Cinéma a permis de présenter
« Pierre Soulages » de Stéphane Berthomieux
//// Film documentaire – couleur – 52min

Ci-dessous vous trouverez une large documentation :
photos extraites du film, citations, articles, podcasts,
ainsi que le document (téléchargeable) remis lors de la soirée.

ARCHIVES :
Soirée cinéma 2018 : RENOIR, de Gilles Bourdos
Soirée cinéma 2017 : Peggy GUGGENHEIM, la collectionneuse, de Lisa Immordino Vreeland
Soirée cinéma 2016 : Gerhard RICHTER – Paintings, de Corinna Belz
Soirée cinéma 2015 : Le Mystère PICASSO, de Henri-Georges Clouzot

*****************************************************************


Pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer au cinéma, le film est disponible
en REPLAY jusqu’au 13 janvier 2020 sur Arte.tv   cliquez ici !

Site ressource :
pierre-soulages.com est un site dédié à l’artiste. Vous y trouverez sa bio, sa biblio et sa muséographie, la liste de ses expositions, ainsi que toute son actualité.

à visiter :

>> EXPOSITIONS à Paris du 11 Décembre 2019 au 9 Mars 2020 :
Soulages au Louvre, dans le Salon Carré de l’aile Denon.
Parcours chronologique de l’œuvre de 1946 à aujourd’hui, ainsi que de très grandes peintures réalisées ces derniers mois + série de films documentaires programmés à l’Auditorium du Louvre en janvier et février 2020.
+ Pierre Soulages, au Centre Georges Pompidou.
Deux salles au niveau 5 lui sont dédiées avec peintures et œuvres graphiques de ses collections.

>> MUSÉE SOULAGES
Le Musée Soulages à Rodez présente, dans un écrin à son image, les oeuvres de Soulages ainsi que des expositions temporaires d’autres artistes.

>> VISITE VIRTUELLE DE L’ABBATIALE DE CONQUES
Située au nord de Rodez, dans l’Aveyron, l’Abbatiale Sainte-Foy de Conques a d’abord été le lieu de la révélation pour Soulages qui, à peine âgé de 12 ans, se passionne pour l’art roman et se découvre le désir de faire de la peinture sa vie. Plus de cinquante ans après, il aura l’honneur d’en réaliser les vitraux. C’est ainsi qu’il crée 104 vitraux entre 1987 et 1994, en collaboration avec l’atelier de Jean-Dominique Fleury, vitrailliste de renom.

à écouter / podcasts France-Culture :

Pierre Soulages : « Celui qui regarde ma peinture est dans ma peinture »
Interview par Arnaud Laporte / émission « La Dispute » du 20 novembre 2019 / 55 min
Pour fêter le 24 décembre prochain le 100ème anniversaire du peintre, le musée du Louvre organise une exposition-hommage. Et Arnaud Laporte est allé interroger l’artiste pour un entretien exceptionnel dans lequel il parle de son travail à l’atelier, ses recherches, et de l’invention de l’outrenoir.

Pierre Soulages
Interview par Harold Portnoy / émission « Impromptu de vacances » du 7 août 1965 / 59 min
Le peintre parle avec passion de sa peinture, de sa gravure, de sa manière de travailler, de ses techniques, de ses outils, de son atelier de Sète. Il expose sa propre conception de l’art et de l’artiste.

Pierre Soulages : « Depuis les origines de la peinture, il y a du noir »
Interview par Laure Adler / émission « Hors-champs » du 28 mars 2011 / 44 min
Il raconte son goût du noir dès l’enfance, pourquoi il a renoncé aux Beaux-Arts et comment il travaille la lumière du noir dans ses toiles.

Visite au nouveau Musée Pierre Soulages
émission « La grande Table » de Caroline Broué, du 30 mai 2014
1ère partie / 30 min
2ème partie / 34 min
Émission réalisée à l’occasion de l’inauguration du musée, avec les voix de Pierre Soulages, Benoît Decron, directeur du musée et Pierre Encrevé, linguiste, l’un des meilleurs connaisseurs du peintre. L’occasion de plonger dans cette œuvre immense, en définissant la place que Rodez a pu y prendre. Regards aussi sur l’architecture du musée, et commentaires in situ de quelques œuvres.

Et pour mieux connaître Pierre Encrevé, qui apparaît dans le film et qui est décédé le 13 février 2019 :
« En suivant Pierre Encrevé »
émission « Carnet Nomade » par Colette Fellous, du 13 septembre 2014 / 59 min
Balade sonore et picturale dans Paris, avec le linguiste Pierre Encrevé, amoureux de la langue française et de l’art, défenseur des idiomes régionaux et spécialiste de Pierre Soulages.

LE DOCUMENT CI-DESSOUS EST TÉLÉCHARGEABLE ici 🙂

Mise en page 1 Mise en page 1

Citations tirées du film de Stéphane Berthomieux :

«Pour toute la beauté, jamais je ne me perdrai. Sauf pour un je ne sais quoi, qui s’atteint d’aventure.» (Pierre Soulages citant Saint Jean de la Croix)

«Une peinture est un tout organisé ; un ensemble de relations entre des formes, lignes, surfaces colorées, sur lesquels viennent se faire ou se défaire les sens qu’on lui prête.» (Pierre Soulages)

«C’est ce que je fais qui m’apprend ce que je cherche.» (Pierre Soulages)

«Il y a des idées préconçues sur le fait que la musique électronique puisse être froide ou robotique comme il y a des idées préconçues sur le fait que la peinture de Soulages puisse être froide et abstraite ; c’est exactement l’inverse (…) il travaille avec ses mains ; c’est une approche qui est, d’accord intellectuelle, d’accord cérébrale, mais avant tout tactile, c’est une approche de cuisinier. D’une certaine manière je pense qu’on devrait appeler sa peinture de la peinture concrète, et non de la peinture abstraite.» (Jean-Michel Jarre, musicien)

«Qui peut être plus contemporain que celui qui, finalement, en un certain sens avant tout le monde, a réalisé que l’outrenoir pouvait être la totalité du monde, l’invention de la lumière, le paysage. (…)» (Alain Badiou, philosophe)

«Soulages utilise un tableau comme dispositif, et le noir qui est dessus, pour interagir avec son public, et c’est le public qui continue à faire le tableau, à faire l’œuvre, à lui donner un sens en fonction de ce qu’il perçoit, de l’éclairage, de l’environnement, de la manière dont il le regarde, de l’angle etc.» (Daniel Kunth, astrophysicien)

Autres citations :

« Ses toiles géantes, souvent déclinées en polyptyques, ne montrent rien qui leur soit extérieur ni ne renvoient à rien d’autre qu’elles-mêmes. Devant elles, le spectateur est assigné frontalement, englobé dans l’espace qu’elles sécrètent, saisi par l’intensité de leur présence. Une présence physique, tactile, sensuelle et dégageant une formidable énergie contenue. Mais métaphysique aussi, qui force à l’intériorité et à la méditation. Une peinture de matérialité sourde et violente, et, tout à la fois, d’« immatière » changeante et vibrante qui ne cesse de se transformer selon l’angle par lequel on l’aborde. » « La peinture de Pierre Soulages est une expérience poétique qui se vit en direct. Ses toiles ne montrent rien qui leur soit extérieur ni ne renvoient à rien d’autre qu’elles-mêmes. » (Françoise Jaunin)

«Un jour que je peignais comme j’en avais l’habitude, en faisant naître des valeurs différentes sur un fond clair avec le noir, le tableau ne marchait pas. Je m’enlisais, j’en mettais trop et puis c’était la débâcle, le tableau était recouvert de noir, c’était fichu. J’étais, non pas désespéré, parce que ce n’était pas la première fois que ça m’arrivais, mais je ne sais pour quelle raison j’ai continué à patauger dans cette pâte noire. Et j’y ai pris plaisir. J’ai vu des lumières qui naissaient, des surfaces qui se dynamisaient avec les coups de brosses, j’ai continué et finalement j’ai rencontré une nouvelle peinture(Pierre Soulages, extrait d’un entretien télévisé lors de l’émission «Projection privée» animée par Marcel Jullian en 1986)

« L’espace de la toile n’est plus sur la toile mais devant la toile ; moi qui la regarde, je suis dans l’espace de la toile ; c’est un rapport à l’espace nouveau ; quand je regarde cette toile, elle n’est présente qu’à l’instant même de mon regard puisque quand je change de place, elle n’est plus tout à fait la même.»
«Avec le mot noir-lumière on comprend qu’il s’agit de la lumière réfléchit par un état de surface du noir, mais c’est un phénomène optique qu’on désigne avec ce mot ; alors que outre-noir désigne autre chose qu’un phénomène optique. Outre-noir c’est comme Outre-Manche, Outre-Rhin, ça désigne un autre pays, un autre pays que celui du noir. C’est un autre champ mental que celui qui est atteint par la couleur noire.»
«Je m’interroge souvent pourquoi telle ou telle chose va loin en moi ? Et «émotion» c’est peut-être une manière un peu réduite de penser. Quel «champ mental» (je préfère cette expression là) est atteint par ce qui se passe devant moi quand je peins ? Et c’est d’ailleurs ce qui m’intéresse quand je regarde une œuvre d’art en général, c’est le champ mental qu’elle met en jeu.»
(Pierre Soulages dans « Soulages, le noir et la lumière », film de Jean-Noël Cristiani)

«Si ma peinture ne rencontre pas l’anecdote figurative, elle le doit je crois à l’importance que y est donné au rythme, à ce battement des formes dans l’espace, à cette découpe de l’espace par le temps. L’espace et le temps cessent d’être le milieu dans lequel baignent les formes peintes. Ils sont devenus les instruments de la poésie de la toile. Plus que les moyens d’expression et les supports d’une poésie, ils sont eux-même cette poésie.»
«Je pense que ce qui compte lorsqu’on regarde une toile, ce n’est pas de retrouver les états d’âme d’un être privilégié, l’artiste. Ce qui compte c’est la manière dont l’expérience du monde, du spectateur, autant d’ailleurs que celle de l’artiste qui a peint la toile, se trouve engagé dans cette expérience poétique qu’est un tableau. (…) Dans cette poésie là, le monde n’est plus seulement vu sous l’angle de l’apparence, mais il est vu sous l’angle de l’expérience qu’on peut en avoir, expérience dans laquelle se mêlent la sensibilité, les mythes, les idées, les croyances… tout ce qui est un homme.»
(dans « 1961 – Pierre Soulages, un atelier à Sète », archive Ina)